L’Envol des Cités est le programme d’accompagnement mené depuis 15 ans et qui a évolué et s’est adapté pour répondre aux nouveaux enjeux de la scène musicale. Chaque année, un appel à candidatures est lancé ouvert à tous les groupes ou artistes-solo, créateurs de leur projet et de leur répertoire musical, toutes catégories confondues. En 2020, 154 groupes ont postulé à l’Envol via la plate-forme Court-circuit.

Les artistes sélectionnés lors des éliminatoires ont habituellement la chance de participer à diverses étapes d’une tournée, de suivre plusieurs coachings et formations. Jacques Nuovo est coordinateur artistique du projet et il aime en souligner la philosophie particulière  : «  Contrairement à the Voice par exemple, chez nous il faut vraiment créer une chanson, on veut mettre en avant nos créateurs locaux. Pour mettre à l’honneur ces nouveaux artistes, il faut qu’on les aide à préciser leur technique, leur prestation, leur savoir-faire  ».

Initialement donc, la principale activité de l’Envol est l’organisation d’une tournée provinciale pour la promotion des groupes et artistes émergents. Ceux-ci après avoir bénéficié de formations et de rencontres avec des professionnels lors de master classes peuvent habituellement savourer le plaisir de se frotter au public lors de concerts. Mais depuis mars 2019, l’ensemble du programme a dû être réinventé, en raison de la crise sanitaire.

En temps normal, à l’issue de la tournée, le candidat qui a recueilli le meilleur suffrage du public reçoit une aide de l’Envol des cités. Un second groupe ou artiste est choisi par le Jury de la finale et est quant à lui soutenu de différentes manières (enregistrement d’un EP ou album en co-production avec un label belge, possibilités de se produire sur différentes scènes hainuyères, contrat de production avec un label belge, etc).

Pour cette saison un peu particulière, l’Envol a maintenu son accompagnement de qualité, en offrant des sessions de pré-production avec les conseils de musiciens expérimentés aux candidats présélectionnés. Chaque groupe aura ensuite la possibilité d’enregistrer 3 titres  lors de deux journées de studio !

Mais nos collègues espèrent évidemment de tout coeur pouvoir donner à tous ces artistes, la chance de se confronter à la scène, et à ce sujet, le ciel semble s’éclaircir  ! On croise les doigts pour qu’une partie de la tournée de l’Envol puisse se dérouler… Jacques Nuovo insiste  à ce sujet  : «  C’est fondamental de leur offrir une visibilité aux côtés d’autres artistes reconnus. Ces créateurs amateurs sont boostés quand ils savent qu’ils vont partager l’affiche avec des artistes plus confirmés comme BJ Scott, Machiavel, Romano Nervoso, Starflam  ».

Le contact avec le public, mais aussi la possibilité de côtoyer d’autres professionnels issus du monde de la musique, dans le cadre de prestations scéniques, c’est l’ADN de notre projet, c’est une expérience inoubliable pour les candidats » précise Olivier Fiévez, qui est l’autre cheville ouvrière de l’Envol, avec Marie-Noëlle Demoustiez qui gère quant à elle toute le volet communication.

Depuis la fin avril, les groupes se succèdent à Frameries pour préparer leurs prochains enregistrements. Ils bénéficient des conseils et de l’expérience de Santo Scinta, Renaud Mayeur, Jacques Pili, etc… afin de voir comment améliorer leur proposition, pour la rendre plus efficace et professionnelle. C’est au sein de l’ancienne gare de Frameries que l’Envol a aménagé un local avec régie et matériel professionnel, grâce au Centre culturel

Nous sommes allés à la rencontre de Vaga’band, un groupe vitaminé qui vient de Bruxelles, et a bien l’intention de faire danser le public à court terme  !

«  VAGA’BAND c’est du ragga, du reggae c’est dancehall mais aussi Hip Hop et dubstep, on associe à ce son des textes incisifs pour l’instant toujours en français, pour créer une énergie positive » souligne le leader du groupe BL Vaga.

Vaga’band ce sont 6 musiciens plutôt doués, un chanteur qui est un peu le porteur du projet en ayant composé les textes et l’embryon des morceaux, deux guitaristes (Mata et Dave), un bassiste (Collo), un batteur (Jayad) et un claviériste (Vinc). Durant la session ils vont enchaîner et jouer à de nombreuses reprises 3 morceaux qu’ils ont sélectionnés en vue de leur enregistrement en studio. BL Vaga annonce «  on avait enregistré un EP, tout était prêt pour la scène et puis en mars avril 2019, le COVID débarque et tout est en suspens…même chose avec l’Envol, on était sélectionnés, plein de choses étaient prévues et finalement, on a dû tout arrêter. On est vraiment heureux que les choses se fassent maintenant  ! On a bientôt une date, ça va faire du bien de rejouer en public  ! ».

Pour les aider dans le processus de pré-production, c’est Santo Scinta qui est présent aujourd’hui, batteur expérimenté, il a joué avec les plus grands, d’Adamo à Alice on the Roof, mais il a toujours le même plaisir à rencontrer les artistes émergents dans le cadre de l’Envol «  j’adore faire ça  ! C’est toujours différent, d’abord j’observe beaucoup les membres du groupe, je les écoute évidemment, et puis je leur fais des propositions, c’est une vision, la mienne, mais j’essaye d’être pédagogue de les aider sans les brusquer, je ne veux pas qu’ils soient déstabilisés. Il faut pas mal de psychologie, parce qu’il faut que ce que j’apporte serve de liant, je ne veux pas être un élément perturbateur  ».

La suite est un peu magique, on assiste à l’évolution d’un morceau, déjà hyper bien fichu, mais qui acquiert petit à petit plus de tenue, une progression, plus de changements et de subtilités, qui font qu’au bout de quelques moments, on a du mal à ne pas danser, tellement la mayonnaise à l’air de prendre. C’est comme si Santo devenait chef d’orchestre, il propose à toutes les bonnes saveurs apportées par les membres du groupe de s’épanouir autrement.

Il y a aussi Luca, l’ingénieur du son, qui est à l’écoute des artistes, les aide à obtenir le son qu’ils attendent, pour pouvoir travailler efficacement. Il enregistre leurs prestations, ceci leur donnera de la matière, pour poser ensuite des choix avant le studio et la scène.

On les laisse un peu à regret parce que franchement, leur son est plein de bonnes vibrations et nous donne envie de bouger  ! Pour ceux qui ont envie de se lâcher, Vaga’band seront en concert le samedi 19 juin prochain à Bruxelles, dans le cadre du Festival Emancipation Culturelle XL 2021 organisé par Art Migratoire, entre 15h et 23h. Un festival avec des débats, rencontres, conférences dans l’après-midi et à partir de 19h des concerts gratuits, sur réservation artmigratoire@hotmail.fr. Le concert aura lieu à la Chaussée de Boondael 36 à Ixelles, nombre de places limité  !

  •   

Laisser un commentaire